Je place mon obsession artistique au centre d’un débat lié à l’interrogation et l’évidence. Poussé et animé d’un sentiment profond, constamment validé par chacun d’entre nous lorsqu’il s’agit de parler du sujet « chacun vit sa vie ». Mon travail s’organise dans l’exercice répétitif, la création articulée elle-même par une ligne directrice, le trait, l’accumulation, la superposition. La couleur est une vibration, la vibration est une onde, une ligne, je m’appuie sur cette ligne, qui par variations multiples me rappelle la théorie des cordes d’Einstein. En proposant un univers, chacun à travers le sien, pourra percevoir également sa propre vision. Nous vivons tous dans un amas de lignes et de superpositions, où nous essayons de construire une histoire, dans l’histoire. Vivons-nous notre histoire ou dans celle des autres ? je peux parcourir ces lignes sur différents supports, j’aime les papiers et ses textures, le bois, le textile, fragiles comme notre vie. J’aime voir des scènes dans ces lignes colorées, ou autres cellules d’un tout, comme des morceaux de papiers déchirés de leur origine, pour envahir un autre monde, le mien peut-être, mais aussi le nôtre.  Je m’engage aux abords de l’unité qui s’inscrit dans un tout, ce travail m’amène à vivre un imaginaire, tiré d’une réalité abstraite.