Avant de partager avec vous les différentes raisons ou démarches de mes travaux, je vais déjà commencer par parler de mon attirance pour la peinture et autres matériaux qui ont leurs réalités dans ma vie. Cet espace d'écriture ne sera pas statique, et je viendrai de temps à autre y apporter quelques coups de pinceaux.

C'est un peu comme une toile sans bordure, une surface sans limite.

 

Je communique avec la matière couleur, qui pour les artistes se définit sous diverses formes, pigments, acryliques, glycérophtaliques, peinture à l'huile, feutres, craies, pastels, crayons peintures, spray bombe... Mais également pour moi henné, mousse à raser, colorations à cheveux, café et je ne sais encore ce qui m'attend.

La couleur puis le blanc et le noir sont donc matériellement réels, ils se pulvérisent, s'effritent ou encore s'appliquent avec des outils, des ustensiles, avec le corps et bien d'autres moyens. 

 

J'aime profondément le pinceau, du bâtiment principalement, parce-qu'il m'inspire sa fonction avant tout. Il sert à peindre des bâtiments, des grands et des petits formats que l'on peut habiter, ou des objets qui nous côtoient, alors que le pinceau prévu au monde artistique me semble moins puissant, plus codifié et plus fragile. Peut être suis-je dans ma peinture dans un affrontement, un combat, un effort, une lutte ou un voyage, qui aspirent à se munir de matériels résistants, tels les outils d’artisans, je veux partager l'artisanat à l'art et vis versa.

Aussi, l'idée d'un travail artistique me séduit davantage avec une dimension "bâtisseur", elle tend à me plonger dans la ligne temporelle; comme le mur et le monument résistent aux intempéries ils ont ce pouvoir de traverser les saisons, la pluie, le soleil, le froid... Bref, le pinceau est cette personne qui avec moi trace l'univers dans lequel nous aimons plonger, la peinture.

 

La peinture, je l'aime sans la voir, je l'aime dans son pot, je l'aime sur la gondole sur laquelle elle attend, je l'aime dans sa texture sa matière, sa coulure, sa fragrance et sa nonchalance. Elle est comme l'eau dans une bouteille, hydratant par sa seule vue celui qui est mort de soif et ressent déjà sa texture sa fraîcheur, son bienfait dans son corps. 

 

Coulure à suivre...

                                                                                                                                                                                        A-J